Mildiou de la tomate -

Mildiou de la tomate -

Mildiou de la tomate, comment le reconnaitre ?

Le mildiou de la tomate est une maladie cryptogamique, c’est donc un champignon qui s’attaque au pied de tomate mais aussi à la vigne comme aux pommes-de-terre et bien d’autres variétés. Quand elles sont importantes, les attaques de mildiou peuvent être un réelle catastrophe dans les cultures et les récoltes. Le mildiou est facilement reconnaissable, car, dès son apparition, les feuilles sont atteintes de taches noires et commencent à flétrir, à noter qu’il se développe très rapidement notamment dans des conditions humides.

Dans quelles conditions le mildiou apparait-il ?

Il existe plusieurs facteurs à l’apparition du mildiou de la tomate.
• Un contexte d’humidité et de chaleur relative (dès 20°C) favorise son apparition et son développement,
• Des pieds de tomates mal aérés, trop serrés.
• La densité du pied de tomate
• Une mauvaise rotation des cultures
• Un compost contaminé.

Vous l’avez compris, le mildiou peut s’installer quand humidité et chaleur sont là ET que la méthode de culture ne permet pas au feuillage de sécher suffisamment rapidement, créant le contexte de contamination.

Comment éviter le mildiou de la tomate ?

Pour éviter une attaque du mildiou de la tomate il faut que les conditions qui lui permettent de s’installer ne soient pas réunies.

L’implantation des plants de tomates contre le mildiou :

• Créer une implantation des pieds de tomates bien espacés, où le feuillage d’un plant ne touche pas celui de son voisin et même que l’air et le vent puisse circuler.
• Si la place n’est pas très disponible, petits jardins et culture en grands pots, essayez de les placer en quinconce en calculant en fonction de la variété grande ou petite un écart suffisant.
• Parfois feuilles les plus basses trainent sur le sol. C’est une source de foyer d’infestation qu’il faut éviter.
• Tutorez-les ou coupez-les !

L’arrosage des plants de tomates :

L’arrosage des tomates est un vrai sujet. Il doit être régulier, suffisant et non abondant. Vous connaissez sans doute déjà la maladie du cul noir, qui calcifie les tomates dont le « cul » noircit et durcit, ce problème plus qu’une maladie intervient quand l’arrosage est irrégulier et qu’à un moment de sa croissance, la tomate a manqué d’eau, de manière récurrente. Quelques jours, semaines plus tard, la tomate se flétrit puis noircit.

Arrosez toujours le soir, notamment pendant l’été lorsque les températures sont élevées. Attendez que l’atmosphère se soit bien rafraichie lors des fortes chaleurs pour éviter que l’eau ne s’évapore et pénètre bien dans le sol.
Arrosez le sol, mais pas les tiges, ni le feuillage.

Comment traiter le mildiou de la tomate ?

Dès les premiers signes, retirez les feuilles atteintes voir le plant entier s’il est trop atteint.
Pulvérisez de la bouillie bordelaise pour tenter de limiter le développement du champignon aux plants de tomates voisins.
• Pour éviter que les pluies n’arrosent les plants, posez une protection au-dessus des plants de tomates. Vous trouverez dans le commerce des systèmes à base d’arceaux voire sous forme de tonnelle qui le permettent.


Lutte contre le mildiou de la tomate

La prévention est le meilleur moyen de lutte contre le mildiou de la tomate. Mais avant d'y penser pour les prochaines cultures, il faut supprimer le plus vite possible toutes les parties de la plante affectées par la maladie afin d'empêcher la prolifération des parasites. En traitement préventif, on peut pulvériser en temps chaud et humide de la bouillie bordelaise ou une décoction de prêle. Par ailleurs, en adoptant de bonnes méthodes culturales, on peut éviter le mildiou de la tomate. Il est par exemple conseillé d'arroser exclusivement au pied des plants afin de ne pas mouiller le feuillage. Et puis, il est bon de bien aérer les cultures et de veiller à ce qu'il n'y ait pas de pomme de terre dans les environs. Aussi, il existe des variétés de tomates moins sensibles au mildiou qu'on peut privilégier. Enfin, la pratique de la rotation des cultures permet d'éviter cette maladie.

Svp, notez l'article

Mildiou de la tomate -

Le mildiou est une maladie aérienne de la tomate qui a longtemps été considérée comme cryptogamique, causée par le soit disant champignon Phytophthora infestans. En fait, cet organisme est maintenant classé avec les algues.

Un autre Phytophthora, Phythophthora nicotianae, entraine le dépérissement des plants de tomate après les pluies d’été, mais aussi la perte de nombreux fruits entrant en contact avec le sol.

Carte d'identité

  • Type : maladie provoquée par un organisme maintenant classé avec les algues (Oomycètes)
  • Période à risque : avril à octobre
  • Conditions favorables : 10 – 25 °C, présence d’eau (rosée, brume, pluie)
  • Dynamique : ****
  • Conservation : oospores dans le sol
  • Organes sensibles de la plante : feuilles et fruits
  • Stades sensibles du végétal : tous
  • Autres végétaux sensibles : Pomme de terre, autres solanacées (poivrons, aubergines…)


Ils sont quoi

Il convient de noter que, dès la résistance aux variétés de phytophthora, des variétés de tomates à maturation précoce sont souvent proposées.

Cela est dû au fait que la vie plus la brousse, plus il a, d’une part, le risque d’être infecté, et d’autre part, il prendra plus de temps et les changements de température et d’humidité, ce qui déclenche la maladie.

Ainsi, par exemple, dans de nombreuses régions à humidité moyenne et élevée depuis la fin du mois de juillet, il est extrêmement difficile de préserver les tomates des maladies provoquées par le mildiou. Et les variétés, considérées comme persistantes, tombent malades une semaine plus tard ou tombent moins gravement malades. Mais, malheureusement, la présence de l’infection nuit toujours à la préservation de la culture. Une partie du fruit n’a pas le temps de mûrir et mûrit – se détériore trop rapidement.

Néanmoins, la culture de variétés résistantes donne toujours un effet tangible, mais il est parfois nécessaire de déterminer lesquelles sont vraiment bonnes pour des conditions spécifiques.

Quelqu’un année après année, préfère variété Bobcat, Cameo, combattant Sunny De Baran, remplissage blanc 241, Moskvitch, carotte, Lumières de Moscou, Otradny, Le Petit Prince, quelqu’un doit planter principalement des hybrides venant à échéance, en se concentrant sur ce que les plantes auront le temps de récolter avant la maladie.

Pour les variétés de tomates résistantes au mildiou en banlieue:

  • Gnome. Fait référence aux variétés à maturation précoce, conçues pour les terrains ouverts.
  • Alpateva 905 A. Conçu pour la culture en extérieur.
  • Budenovka. Il fait référence aux variétés à moyen terme, est destiné à croître à la fois sous l’abri de film et en pleine terre.
  • De Barao. Variété de récolte à maturation tardive avec bon goût et qualités techniques.
  • De Barao est noir. Cépage tardif, variété tolérante à l’ombre, destinée à être cultivée sous film et en pleine terre.
  • Skylark F1. Variété hybride mûre tôt avec de bons indicateurs de cravate de fruit, de goût et de qualités techniques.
  • Oakwood (Dubrava). Variété précoce à haut rendement, destinée à la culture en pleine terre.
  • La-la-fa F1. Une variété hybride à maturation moyenne, bonne pour tout type d’utilisation.
  • Union 8 F1. Variété hybride précoce. Convient à la culture en extérieur et aux serres.
  • Tempête de neige La variété à maturation moyenne avec une bonne productivité et une résistance au froid accrue est destinée à la culture en extérieur.
  • Tsar Peter. Une variété moyenne résistante au froid est très résistante à de nombreuses maladies. Il est populaire auprès des résidents d’été, cultivés à la fois en pleine terre et dans les serres.


Bouillie bordelaise

La bouillie bordelaise est composée de cuivre. Ce produit, autorisé en agriculture biologique, agit par contact. Cet agent mouillant se fixe bien sur les feuilles du plant de tomate. Employé préventivement, il ralentit le développement de la maladie.
Il faut pulvériser la bouillie bordelaise toutes les trois semaines ou tous les 20 mm de pluie. En Normandie, il pleut régulièrement, même en été. Au mois d’août, les orages sévissent et la rosée du matin est importante. C’est aussi le mois le plus chaud. Le mildiou trouve alors un terrain favorable car il a besoin de deux éléments pour se propager : de l’humidité et de la chaleur.


Les nouvelles tomates ULTRA résistantes au mildiou

Le mildiou, fléau des tomates dans les jardins, bientôt plus une source d’angoisse pour les jardiniers ?

De longs programmes de recherches agronomiques ont permis l’obtention et la diffusion, tout récemment, de quelques variétés de tomates très bien armées pour résister d’une façon jamais vue auparavant aux assauts de cette redoutable maladie, cauchemar des cultivateurs. Et ce, par travail traditionnel avec les plantes, sans aucun recours à des manipulations génétiques de laboratoire. Nous sommes fiers d’avoir réussi à nous procurer des semences de ces nouveautés révolutionnaires, quasi introuvables pour le moment, et pouvoir les proposer en exclusivité aux passionnés du potager que vous êtes.

En résumé, il était connu que certaines espèces sauvages ou autres souches “peu intéressantes” de tomates avaient une résistance partielle ou très forte au mildiou (“champignon” microscopique Phytophthora). La première partie du travail a été d’identifier ces variétés, et ensuite de comprendre grâce à quoi elle étaient si chanceuses. Trois gènes, “morceaux” de leur patrimoine génétique ancestral naturel, ont été identifiés et ont une influence majeure dans la résistance : les gènes Ph1, Ph2, Ph3, Ph4 & Ph5. Les deuxième et troisième sont les plus importants, et le Ph3 le plus intéressant. Certaines plantes ont l’un ou l’autre, et il peut être en “simple exemplaire” (hétérozygote) ou en “double” (homozygote)…

Arbre généalogique de la tomate Mountain Merit, avec ses ancêtres qui lui ont transmis les gènes Ph2 & Ph3.

Les agronomes ont donc patiemment croisé ces lignées de tomates avec d’autres, afin d’obtenir des variétés à fruits intéressants et possédant un ou deux gènes de résistance naturels. Un effort particulier a aussi été fait pour une qualité gustative plus que correcte, voire excellente ! Nous vous proposons les résultats de ce long labeur, vous avez la chance de pouvoir les essayer en primeur dans votre jardin. Voici les variétés résistantes pour lesquelles nous avons un (faible) stock de semences :

  • Crimson Crush F1nouvelle ULTRA résistante – gènes Ph2 & Ph3
  • Defiant PhR F1 : ULTRA résistante – gènes Ph2 & Ph3
  • Iron Lady F1 bio : ULTRA résistante – homozygote Ph2 & Ph3 !
  • Jasper F1 bio : extra résistante – gène(s) Ph2 et/ou Ph3
  • Legend (stabilisée) : excellente résistance – gène Ph2
  • Matt’s Wild Cherry bio (une “vieille sauvage” classique) : extra résistante – gène Ph3 probable
  • Mountain Magic F1 : ULTRA résistante – hétérozygote Ph2 & Ph3
  • Mountain Merit F1 : ULTRA résistante – hétérozygote Ph2 & Ph3
  • Plum Regal F1 : extra résistante – homozygote gène Ph3

Vous pouvez les cultiver sous serre, mais aussi en pleine terre sans protection.

Les essais en plein champs sont impressionnants, photos prises mi-septembre :

Mountain Fresh Plus (non résistante) Brandywine (non résistante) New Yorker (non résistante)
Defiant PhR Mountain Merit Mountain Magic
Jasper Matt’s Wild Cherry Plum Regal

Symptômes d’attaque minime sur Jasper en septembre

Bien sûr, ultrarésistance ne veut pas dire invulnérable : on constate parfois quelques symptômes légers ou isolés sur ces variétés, voir photo ci-contre, et un minimum d’attention sera toujours bénéfique, cela reste une tomate : plus vous chérirez ces nouveautés, mieux vous les protégerez, encore meilleurs seront les résultats. Il n’y a pas plus résistant que ces variétés innovantes, faites en sorte d’exploiter leur potentiel au maximum et permettez-leur de s’épanouir pleinement (tuteurage, engrais, désherbage, arrosage…) le retour sera positivement surprenant.

Enfin, tout comme la grippe humaine, les différente souches de mildiou évoluent au fur et à mesure des années, s’adaptant aux mécanismes de résistance avec plus ou moins de succès, selon la météo et le soin apporté aux plantes… Le gène Ph2 n’a un impact de résistance que contre certaines lignées précises de Phytophtora, tandis que l’action du Ph3 est beaucoup moins dépendante de la nature de l’agresseur, et donc offre une bien plus forte résistance potentielle à la plante qui le possède. La combinaison Ph2 + Ph3 est cependant très intéressante : l’ensemble est supérieur à la somme des parties !

Même variété de tomate, à gauche sur ses racines, à droite greffée (conduites en 2 bras).

Vous maximiserez aussi vos chances de succès en appliquant les bonnes vieilles recettes habituelles du jardinage : le mildiou survit dans les tissus végétaux infectés de l’année précédente, nettoyez bien vos parcelles, ne mettez pas de morceaux contaminés au compost que vous répandez partout ensuite, faites des rotations de cultures pour repartir d’une parcelle saine… Un plant de tomate aime le soleil et l’aération, vous pouvez éclaircir le feuillage, et il est admis que s’il ne reste des feuilles que sur la moitié voire le tiers supérieur d’une plante bien soignée, cela ne change rien à la production : éliminez les feuilles “inutiles” de la base, qui touchent le sol, ou si vous avez un doute sur leur santé… Et ne mouillez jamais volontairement ou accidentellement le feuillage, le mildiou adore ça !

Si vous aimez expérimenter, vous pouvez greffer ces magnifiques nouvelles variétés sur notre sélection de formidables porte-greffes, qui apporteront une protection contre les maladies & ravageurs du sol, en plus d’une vigueur et production fortement augmentées !

Defiant PhR Iron Lady Jasper
Legend Matt’s Wild Cherry Mountain Magic
Mountain Merit Plum Regal

Video: traitement contre le mildiou