Zeuzère - dégâts, symptomes et comment lutter contre

Zeuzère - dégâts, symptomes et comment lutter contre

Zeuzère ou plutôt chenille de zeuzère

Zeuzère Vous connaissez ? C’est un papillon bien des jardiniers, ou plutôt des producteurs fruits et des arboriculteurs. Zeuzères s’attaquent aux arbres et arbustes fruitiers ou ornementaux comme les pommier, poirier, prunier, cerisier, olivier, cognassier, cassissier, groseillier, ou encore les agrumes oranger, citronnier, et aussi la vigne. Ce papillon est plutôt présent dans le sud de la France.

En réalité, c’est la chenille de ce papillon qui est responsable de dégâts sur les troncs et les branches des arbres fruitiers.

La chenille du zeuzère mesure environ 50 mm et 5 de diamètre à taille adulte. Elle est jaune et noir. Le Papillon de nuit est quand à lui noir et blanc. La femelle est plus imposante, jusque 60mm de longueur quant au mâle pourra atteindre 40 mm.

Quels sont les dégâts provoqués par la chenille du zeuzère ?

• C’est pendant l’été que le papillon pond ses oeufs. Après leur éclosion, les chenilles xylophages vont se nourrir du bois de l’arbre. Elles vont y pénétrer en formant des galeries dans le tronc ou les branches.
• La jeune chenille va pénétrer les jeune pousses, puis les rameaux, puis la branche pour aller jusqu’au tronc de l’arbre.
• On peut repérer leur présence à cause des trous bordés de sciure humide mélangée à des excréments jaunâtres sur l’écorce de l’arbre.
• Selon l’importance et la récence de l’infestation, l’arbre peut être très fragilisé. Par exemple, des branches peuvent être cassées lors d’épisodes de grands vents ou même certains arbres peuvent dépérir.
• La chenille peut rester 2 années dans l’arbre avant de nymphoser, c’est à dire se transformer en papillon, les dégâts provoqués pendant cette durée peuvent être irréversibles pour l’arbre fruitier.
• Les jeunes arbres sont souvent condamnés, c’est pour cela qu’il est très important d’intervenir rapidement.

Comment repérer une « attaque » de zeuzère ?

• La présence de sciure et d’excréments sur l’écorce du tronc ou des branches doit alerter le jardinier. D’autant que le traitement n’est pas facile.

Quel traitement contre les zeuzères :

• En réalité, compte tenu que de la typologie de l’attaque, c’est à dire des ptrous formés par la chenille, il est difficile d’y faire pénétrer un insecticide Bio profondément dans les galeries.

• Un coton imbibé d’alcool peut être introduit dans le trou puis rebouché avec un mastic. Ce traitement a pu donner des bons résultats quand l’infestation est récente.

• Utiliser un fil de fer qui permet d’aller éliminer la chenille en suivant les galeries… Difficile si l’infestation est ancienne.

• Dans les régions où le papillon est présent il vaut mieux éviter la proximité d’un éclairage de commune car les papillons de nuit sont très attirés par la lumière.

Agir avant ?

• Dans les plus petits vergers, il est possible d’observer de près les cultures, c’est notamment important dans les régions où le papillon est présent.

• Les oiseaux ne semblent pas intéressés par le papillon ou la chenille…

Image d’illustration prise sur Wikipedia.org sous Creative Commons Licence 2.0 – Photo par Bernard Dupond.

Résumé

Nom de l'article

Zeuzère un papillon dont la chenille peut faire des dégâts

Description

Le Zeuzère est un papillon de nuit dont la jeune chenille xylophage pénètre les jeunes pousses puis tout en se développant construit des galeries en dévorant le bois des rameaux, des branches, puis du tronc. IL n'esxiste pas de moyen de s'en débarrasser facilement sauf si on se rend compte rapidement du problème.... PLus d'informations sur Notre site Web

Auteur

Nom de l'éditeur

jaime-jardiner.com

Logo de l'éditeur


Remède

Comment lutter contre le parasite.
Actions préventives :
Favoriser la présence de leurs prédateurs naturels, oiseaux et forficules (perce-oreilles) qui mangent les larves.
Elever des poules et les lâcher dans le verger.
Dès mai, ensacher les fruits, afin d'empêcher les papillons de pondre dessus.
Ramasser et brûler les fruits à terre avant que les larves s'en échappent.

Traitements naturels :
Suspendre des pièges à phéromones pour attirer les papillons.
Poser des pièges à chenilles en carton ondulé sur les branches et le tronc. Une fois qu'elles s'y seront réfugié, brûlez-les.
Traiter votre arbre avec des macérations de rhubarbe ou d'absinthe.

Autres traitements :
Dès le mois de mai, avant l'apparition des premiers papillons, pulvériser un insecticide à base de Bacillus Thuringiensis sur tronc et branches. Renouveler l'opération jusqu'à 3 fois, toutes les 2 semaines, pendant la période de ponte.


1. Quelles différences entre le cul noir de la tomate et l’alternariose ?

Le cul noir réduit certes la qualité de la tomate, mais ne représente aucun danger pour la culture vu que ce n’est pas une maladie ravageuse. Il est donc important de distinguer ce problème, car il ne nécessite aucun traitement. Alors, renseignez-vous afin d’éviter un traitement inutile qui pourrait faire plus de dégâts. Le cul noir de la tomate est caractérisé par une tache noirâtre à la base et au sommet de la tomate. Souvent creuse et sèche, cette tache au début verdâtre fait son apparition sur le fruit lorsque ce dernier est encore vert. La tache devient ensuite noire quand le fruit est mûr.

L’alternariose est quant à elle un champignon qui abîme la tomate à toutes les phases de son développement. Sur la tige du plant, des taches grisâtres font leur apparition et les fleurs se nécrosent au niveau des sépales. Sur le fruit, le champignon apparaît sous forme de taches brunes même quand le fruit n’est pas mur et encore vert. Les taches de l’alternariose ont souvent un halo jaunâtre. Avec cette maladie fongique, le fruit risque d’être surinfecté par d’autres champignons.

Pour illustrer, voici à quoi ressemble le cul noir de la tomate – Crédits : Mila Usmanova / iStock


Tout d’abord, pour lutter contre l’altise, il faut penser à bien protéger les plantes en réalisant des paillages aux pieds afin de garder une bonne humidité qui permet de ne pas l’attirer. Il est aussi possible de répandre de la cendre autour des plantes, car elle a un effet répulsif face aux parasites.

Pensez aussi à semer les plantations les plus sensibles à proximité des plants de moutarde pour qu’elles bénéficient de son effet bouclier. En ultime recours, un voile anti-insectes peut être envisageable afin de protéger vos plantes potagères.

Si malheureusement l’attaque des altises s’est déjà bien installée et que vos plantes commencent à être dévorées petit à petit, il existe des moyens pour les faire fuir. Tout d’abord, procédez à un arrosage régulier et assez abondant en fonction des plantes, cela augmentera l’humidité et fera fuir les petites bêtes. Ajoutez à cela une pulvérisation de purin d’ortie qui sera sûrement foudroyant pour l’insecte. Si les plantes impactées par l’altise sont sous serre, alors une lutte biologique doit être envisagée, notamment grâce à une petite guêpe nommée Encarsia Formosa qui fera des larves d’altise son plat principal.


Le mildiou est une maladie se manifestant par l’apparition et la propagation de champignons parasites notamment sur les feuilles. Les plantes les plus touchées sont la vigne ou les légumes du potager comme la tomate ou la pomme de terre. Elle se développe généralement dans des conditions de climat humide aux températures comprises entre 10C° et 25C° et peut détruire toute une récolte en quelques jours.

Il existe des moyens pour prévenir l’apparition du mildiou sur vos récoltes :

  • Espacez vos pieds afin de donner une meilleure aération à vos feuilles leur permettant de sécher plus facilement.
  • Evitez de planter vos pieds dans des sols humides en permanence, plantez-les de préférence en plein soleil.
  • Evitez d’effectuer vos plantations à côté d’autres plantes sensibles à la maladie.

En cas de périodes pluvieuses favorables aux attaques de ce champignon, un fongicide en préventif peut être envisagé. Se renseigner alors auprès d’un vendeur certifié dans votre magasin habituel.

Si certains de vos plants ont déjà été touchés par le mildiou, la meilleure des solutions reste de couper les feuilles, fruits et rameaux touchés et de les supprimer pour éviter la propagation.


Aider un proche qui souffre de dépression

Newsletter

Au moindre doute, si vous remarquez qu'un proche a changé, il est indispensable de lui faire admettre son état et son besoin de se soigner. L'objectif, c'est qu'il consulte, idéalement un spécialiste, psychiatre ou psychologue clinicien. Sinon, il peut voir dans un premier temps son médecin généraliste, qui est généralement bien formé sur le problème de la dépression. Si besoin, ce dernier prescrit des antidépresseurs, qui serviront à sortir la tête de l'eau pour pouvoir entamer un travail avec un psychothérapeute ou un psychologue dans un second temps. Il est important de ne pas laisser la situation s'aggraver.

Comment aider un proche déprimé ?

Lorsqu'un proche tombe dans la dépression, il est parfois difficile de savoir comment trouver les bons mots et comment aider pour trouver une prise en charge adaptée.

Au quotidien, voici quelques conseils :

  • Pas de culpabilité. Bien souvent les proches ne comprennent pas les raisons du mal-être, d'autant plus lorsqu'il n'y a pas de problème majeur. Ainsi ils peuvent se sentir responsables et cela peut créer des tensions. Sachez que la dépression a des causes multiples et complexes et que vous n'en êtes pas la cause.
  • Pas dereproches. Inutile de l'accabler davantage en lui faisant mille reproches et en essayant de le motiver trop brutalement avec des phrases comme "arrête de traîner au lit", "ne te laisse pas aller", "d'autres sont plus malheureux que toi".
  • Soutien et écoute. Il est important que vous restiez patient, même si il ou elle ressasse les mêmes idées et ne semble pas vous écouter. Par contre, évitez le piège de la protection rapprochée et étouffante. Le risque c'est que la personne déprimée se sente alors infantilisée et diminuée. Enfin, il est important de vous montrer rassurant, en expliquant par exemple que la dépression se soigne et qu'il existe des solutions.
  • Affection et petits gestes. Même si votre proche ne semble pas réagir, il ou elle y sera forcément sensible. De votre côté, vos efforts peuvent parfois vous paraître inutiles. Il n'en est rien, au contraire. Ne vous découragez pas, votre soutien est une aide précieuse et indispensable. De plus, il est important que vous ne vous laissiez pas envahir.

Merci au Dr Patrick Lemoine, psychiatre à Lyon.


Video: Comment lutter contre lalcoolisme?